enjôler


enjôler

enjôler [ ɑ̃ʒole ] v. tr. <conjug. : 1>
• mil. XVIe; « emprisonner » XIIIe; de en- et geôle
Séduire par de belles paroles, des cajoleries, des flatteries pour mieux duper. embobeliner, entortiller, séduire, tromper. « Il m'enjôla si bien par ses beaux discours, que j'acceptai » (Lesage).

enjôler verbe transitif (ancien français engeôler, de geôle) Séduire ou abuser quelqu'un par des cajoleries, des flatteries, de belles paroles. ● enjôler (difficultés) verbe transitif (ancien français engeôler, de geôle) Orthographe Avec un accent circonflexe, comme enjôleur et enjôlement (ne pas se laisser influencer par cajoler, qui ne prend pas d'accent). Remarque Enjôler vient de geôle (le mot signifiait autrefois « emprisonner ») et s'est écrit engeôler jusqu'au XVIIe s. ● enjôler (synonymes) verbe transitif (ancien français engeôler, de geôle) Séduire ou abuser quelqu'un par des cajoleries, des flatteries, de...
Synonymes :
- emberlificoter (familier)
- embobeliner (familier)
- embobiner (familier)
- entortiller (familier)

enjôler
v. tr. Vieilli ou litt. Séduire par des flatteries.

⇒ENJÔLER, verbe trans.
[Le compl. désigne toujours une pers.] Flatter, attirer par de belles paroles, par des manières engageantes dans le but d'obtenir un avantage personnel. Tout ce que l'on disait lui semblait toujours, à lui vrai marchand, un bavardage destiné à enjôler un acheteur (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 356). Elle était capable d'enjôler, avec une malicieuse rouerie, les gens qu'elle aimait le moins (ROLLAND, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1240) :
La plèbe académique, comme toutes les autres, n'aime que ceux qui l'enjôlent et la mènent par le nez avec des révérences; elle veut être flattée, et non éclairée, guidée et non appelée à se conduire elle-même. Son fond est paresse d'esprit, amour-propre et fatuité.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 546.
En partic., vocab. de l'amour. Enjôler un homme, une femme. Chercher à le (la) séduire par des paroles flatteuses, des promesses, des manières tendres. Enjôler avec des paroles, du regard. Ah! Elle s'était fait ramasser sur le trottoir, en l'enjôlant par ses mines de rosière! (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 700). On ne me prend pas facilement, moi. Je ne suis pas de ceux qu'on enjôle avec deux baisers (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Hist. vraie, 1882, p. 336).
Prononc. et Orth. :[], (j')enjôle []. Ds Ac. 1694-1932. FÉR. Crit. t. 2 1787 et DG rappellent à titre hist. la forme engeoler, jugée contraire au bon usage, mais rattachant, visuellement, le verbe à geôle. Étymol. et Hist. Ca 1223 « emprisonner » enjaoler (G. DE COINCY, Miracles de Nostre Dame, éd. F. Koenig, 2 Mir 30, 313); ca 1550 « captiver par des paroles » (FEW t. 2, p. 555b); 1564 (THIERRY, s.v. engeoler). Dér. de geôle; préf. en-; dés. -er. Fréq. abs. littér. :50. Bbg. SAINÉAN (L.). Notes d'étymol. rom. Z. rom. Philol. 1906, t. 30, p. 309. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 210.

enjôler [ɑ̃ʒole] v. tr.
ÉTYM. Mil. XVIe; enjaoler « emprisonner », déb. XIIIe; de en-, geôle « prison », et suff. verbal.
Vieilli ou littér. Abuser par de belles paroles, des manières flatteuses, engageantes. Attraper, cajoler, captiver, conquérir, duper, embobeliner, empaumer (fam.), endormir, ensorceler, entortiller, envelopper, leurrer (→ Attirer, cit. 25). Spécialt. || Elle essaye de l'enjôler par ses minauderies, de le séduire.
1 (…) toutes les caresses qu'il vous fait ne sont que pour vous enjôler.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 3.
2 Il m'enjôla si bien par ses beaux discours, que j'acceptai.
A. R. Lesage, Don Guzman…, II, 3.
3 (…) elle devait, toute sa vie, enjôler tout le monde : « Je ne puis assez prôner l'esprit, les grâces, l'enjouement, la naïveté et la douceur qu'elle possède », écrira plus tard un étranger. Il est impossible de ne pas être ravi de l'amabilité qu'elle met à tout ce qu'elle dit.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, L'avènement de l'Empire, XIV, p. 196.
DÉR. Enjôlement, enjôlerie, enjôleur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • enjôler — ENJÔLER.v. a. Suprprendre, attirer, engager par des paroles flatteuses, tromper. Il est du style familier. Enjôler une femme, une fille. Ce Marchand l a enjôlé. Enjôlé, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • enjôler — (an jô lé) v. a. Abuser par des manières ou paroles flatteuses. •   Toutes les caresses qu il vous fait ne sont que pour vous enjôler, MOL. Bourg. gent. III, 3. •   En un mot, il m enjôla si bien par ses beaux discours que j acceptai la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ENJÔLER — v. a. Surprendre, attirer, engager par des paroles flatteuses, tromper. Enjôler une femme, une fille. Ce fripon l a enjôlé. Il m a si bien enjôlé, que j ai fini par céder. Il est familier. ENJÔLÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENJÔLER — v. tr. Engager par des paroles et des manières flatteuses. Enjôler une femme, une fille. Ce fripon l’a enjolé. Il m’a si bien enjolé que j’ai fini par céder …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • enjôler — vt. anjoulâ, anjôlâ qqf. (Saxel), anzoulâ (Giettaz), inzoulâ (Villards Thônes), êzhôlâ (Albanais), inzhôlâ (Annecy.003, Thônes), êzhoulâ (Leschaux). E. : Duper, Embobiner. A1) enjôler, tromper : inzhoublâ vt. (003) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • cajoler — [ kaʒɔle ] v. tr. <conjug. : 1> • 1551 « babiller, chanter », en parlant du geai; moy. fr. gayoler; infl. de enjôler ♦ Avoir envers (qqn) des manières, des paroles tendres et caressantes. Cajoler un enfant. ⇒ câliner, caresser, choyer,… …   Encyclopédie Universelle

  • embobiner — [ ɑ̃bɔbine ] v. tr. <conjug. : 1> • 1807; altér. de embobeliner, d apr. bobine 1 ♦ Fam. Tromper par des paroles captieuses. ⇒ duper, entortiller. Le vendeur l a facilement embobiné. 2 ♦ (1876; de bobine) Rare Bobiner. P. p. adj. Canette mal …   Encyclopédie Universelle

  • embobeliner — [ ɑ̃bɔb(ə)line ] v. tr. <conjug. : 1> • 1585 « rapiécer »; de en et a. fr. bobelin « brodequin », d o. i. ♦ Vx 1 ♦ Envelopper (qqn, qqch.) dans qqch. 2 ♦ Fam. Circonvenir. ⇒ embobiner. « Si vous arrivez à embobeliner le juge, je l aurai d… …   Encyclopédie Universelle

  • enjôleur — enjôleur, euse [ ɑ̃ʒolɶr, øz ] n. • 1585; de enjôler ♦ Personne habile à enjôler les autres. ⇒ ensorceleur, séducteur , trompeur. « tes paroles d enjôleuse » ( Balzac). ♢ Adj. Charmeur, séduisant. Un sourire enjôleur. ● enjôleur, enjôleuse… …   Encyclopédie Universelle

  • entortiller — [ ɑ̃tɔrtije ] v. tr. <conjug. : 1> • XVI e; de entourteillier (fin XIIIe), de entort, p. p. de l a. fr. entordre « tordre » 1 ♦ Envelopper (un objet) dans qqch. que l on tortille; tortiller (qqch.) autour d un objet. Entortiller un bonbon… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.